indemnisation

: questions réponses

Dans votre démarche d’indemnisation, vous avez en face de vous, le plus souvent, des compagnies d’assurance très puissantes économiquement, parfaitement structurées, et disposant de professionnels spécialisés (gestionnaires de dossiers, médecins dits « Experts », avocats).

Les victimes se retrouvent seules face à ces mastodontes.

De là une évidence : vous avez besoin d’un avocat pour vous défendre face aux sociétés d’assurances !

L’univers juridique étant en perpétuelle extension, ainsi les avocats se spécialisent.

Certains Avocats pratiquent la défense pénale, le droit fiscal.

Certains interviennent pour les compagnies d’assurance.

Certains font un peu tout et sont dits « généralistes ».

Mais les spécialistes sont les plus efficaces dans leur domaine!

Parce que le droit du dommage corporel est une matière complexe, vous avez besoin d’un Avocat qui a obtenu un certificat de spécialisation, gage de compétence et d’indépendance.

Les compagnies d’assurance ne sont pas vos alliées malgré ce que l’on entend dans les campagnes de publicité menées dans les médias grâce à leur puissance financière.

Leur objectif est économique : régler au plus tôt les dossiers quitte à limiter les dommages et intérêts, et ce, en favorisant des voies d’indemnisation amiables.

Citons un exemple concret : Il y a quelques années, j’ai défendu une jeune victime qui, à la suite d’une fracture ouverte de la cheville, n’était plus en mesure d’exercer une activité professionnelle nécessitant de se tenir debout : la compagnie d’assurance adverse avait proposé pour l’indemniser une somme de 2.000 €.

Nous avons demandé au tribunal de trancher: plus 190.000 euros lui ont accordés !

Et la compagnie adverse n’a même pas fait appel de cette décision, reconnaissant ainsi son bien-fondé !

Estimant cette affaire choquante, j’ai développé ma pratique dans des cas similaires.

Je ne peux pas vous garantir des résultats miraculeux mais je m’engage à mettre en œuvre tous les moyens humains et légaux possibles afin de disposer d’une indemnisation à la hauteur de votre préjudice, et ce en toute indépendance à l’égard des compagnies.

A qui pouvez- vous faire confiance ? A votre avocat spécialiste !

N’oubliez pas que chaque cas est unique, et que le montant des indemnités versées dépend des circonstances des faits et de l’étendue de vos préjudices.

Ensemble, nous examinerons minutieusement ces différents aspects.

A nous d’être vigilants à toutes les étapes du processus d’indemnisation !

Et pugnace, prêt à mener la bataille judiciaire s’il le faut !

Je ne vous demanderai aucun honoraire à l’occasion de votre première visite.

Je répondrai à vos questions et vous informerai de vos droits.

En toute liberté, il vous appartiendra alors de choisir de me confier votre affaire.

Dans ce cas, je vous proposerai de rédiger une convention, en toute transparence, dans laquelle mes honoraires seront calculés selon un pourcentage déterminé à partir des dommages et intérêts que nous obtiendrons.

Pour moi, ce mode de rétribution illustre une idée forte: en conjuguant nos forces, nous obtiendrons ensemble les meilleurs résultats quelle que soit la gravité de vos blessures.

95 % des victimes de la circulation ont été indemnisées par voie de transaction amiable, sans recours à une procédure judiciaire, soit sans recours à un avocat, ni un médecin conseil (d’après le Livre Blanc sur l’Indemnisation du dommage corporel présenté le 24 avril 2008 par l’Association Française de l’Assurance) !

39% seulement des victimes lourdement handicapées déclarent que les indemnités qui leur ont été versées, en compensation des préjudices corporels causés par un tiers responsable, ont permis de réorganiser leur vie sociale et professionnelle (étude du CREDOC 2007) !

A l’occasion du Xème anniversaire de la loi de 85 dite Badinter relative à l’indemnisation des victimes d’accident de la circulation, Mme NEHER-SCHRAUB, juge, relevait d’une manière tout aussi inquiétante : « Chaque fois que nous avons à connaître une transaction, nous sommes surpris car les montants alloués par voie de transaction sont inférieurs de moitié, voire des deux tiers aux sommes que nos aurions accordées dans les mêmes circonstances » dans le cadre d’une procédure judiciaire…

A bon entendeur…

Les séquelles liées à un traumatisme crânien sont spécifiques et bien souvent difficiles à appréhender: on parle d' »handicap invisible« .

Aussi seuls des professionnels spécialement formés et sensibilisés à cette spécificité devraient intervenir dans ce domaine.

Victimes et familles de victimes vous ne pouvez mener ce combat seules.
Maître BERNARDINI dispose d’un diplôme d’Evaluation des Traumatisés Crâniens décerné par la faculté de médecine de Bordeaux et vous assistera tout au long du parcours de l’indemnisation dont l’enjeu est la restauration de votre dignité.